Accueil

Accueil

Lettre ouverte à Madame Annick Wyart, directrice de l’école belge de Casablanca

Chère Madame Wyart, Vous m’avez fait parvenir, le 28 septembre dernier, une lettre me signifiant votre décision de mettre fin à notre collaboration, parce que vous n’y trouviez plus suffisamment de confiance. Pourtant, deux mois plus tôt, après un simple entretien vidéo, vous m’aviez fait signer une lettre d’engagement pour une année scolaire complète ;Lire la suite « Lettre ouverte à Madame Annick Wyart, directrice de l’école belge de Casablanca »

Tué dans l’oeuf

Belgique. Les champs s’étendent sur plusieurs centaines de mètres. Il ne fait plus jour, mais il ne fait pas nuit. A cette époque de l’année, en début de soirée, le coucher du soleil s’amorce exactement entre deux chênes encore feuillus, au loin. Quelques gouttes de rosée tardive brillent dans le jardin, au creux des courbesLire la suite « Tué dans l’oeuf »

Fi des stéréotypes!

Hicham a le corps maigre et long, une barbiche tirant vers le blanc, la peau brûlée et des prunelles d’un même brun éclatant. Son large sourire, un peu paternel, se voit clairement derrière son masque, tant il lui creuse les rides des yeux. Comme la plupart des chauffeurs de taxi dont j’ai utilisé les services,Lire la suite « Fi des stéréotypes! »

Le monde à l’envers

Déjà, l’exil s’offre une pause. Par décision gouvernementale inopinée (mais pas injustifiée), cette nouvelle expérience professionnelle, déjà si étonnante, s’interrompt brusquement, pour trois semaines. Le soleil tape comme jamais, paraît-il, sur les plages relativement vides de Dar Bouazza; les panneaux de direction vers Marrakech ou Rabat prennent des allures très tentantes; Casablanca, la ville légendaireLire la suite « Le monde à l’envers »

Club des lecteurs

Une grille légère s’ouvre sur une petite cour. Une table hexagonale, des chaises autour, un parasol, quelques coussins et, sur le côté, un bac à eau dont on devine qu’il se transforme en rivière, voire océan, quand y entre l’enfant pour qui des dessins ont été peints sur les parois latérales. Le sol est dallé,Lire la suite « Club des lecteurs »

Royaume de contrastes

Dar Bouazza s’étend le long de la mer, à coups de plages privées, ainsi que, de l’autre côté de la route côtière ou sur les hauteurs, de carrés d’immeubles à trois ou quatre étages dûment verdurés, arrosés, piscinés. Gardiens, femmes de ménage et autres nounous semblent tout y gérer, tant ils s’activent du matin auLire la suite « Royaume de contrastes »

Vies de chiens

Toujours pas remise du décès de Belle (Belle et Sébastien, 1965) ni, plus tard, de la mort de mon propre chien, voilà ma sensiblerie mise à l’épreuve tous les jours, où que mes pas ou « ma » voiture me mènent. Les chiens sont partout, en effet, bien vivants mais errants. Seuls ou à deux, maigres, souples,Lire la suite « Vies de chiens »

La filière voiture

Nadine, à Bruxelles, connaît Najim, à Bruxelles aussi. Hazma, frère de Najim, vit à Casablanca. Je connais Nadine et j’apprends déjà que ces liens suffisent pour créer une filière. Légale, amicale, bienveillante, mais filière quand même. Avant mon départ, j’ai vu Nadine fréquemment, et Najim une seule fois. A Casablanca, je vois très vite Hazma,Lire la suite « La filière voiture »

L’arrivée

On ne parle pas de choc culturel au XXIe siècle. Pas si on a vu des films, des reportages, des images du reste du monde. Pas si on suit tant soit peu l’actualité. Pas si on a vécu à Bruxelles, mangé dans des restaurants marocains, traversé, même vite, des quartiers dits « d’immigrés », acheté, le dimancheLire la suite « L’arrivée »

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.


Abonnez-vous à mon blog

Recevez directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception.